Recherche en cours…
Fermer la fenêtre de recherche

Résultats de la recherche [ ] Tentez une nouvelle saisie afin d’affiner votre recherche


Se mettre debout pour vivre

– C’est bon de pouvoir me tenir à nouveau sur mes jambes ; maintenant, je peux rester debout au moins six à sept minutes par jour, nous confie le fier et satisfait Valter. Ça n’a l’air de rien sans doute mais son épouse confirme à quel point c’est bon pour Valter de se tenir debout et à quel point c’est important. Mais elle pense que c’est un peu incroyable.

– Je ne comprends pas comment il peut se tenir aussi bien debout car normalement il ne peut pas, déclare Maibritt Carlsson, surprise alors que Valter se lève et s’étire.

Fredrik Bredberg, physiothérapeute à Nässjö (Suède) qui a traité Valter, explique que le but était de rendre son patient aussi actif que possible. Mais il n’est pas toujours aisé de trouver des solutions qui soient sûres, fonctionnelles et motivantes. Outre que le dispositif doit de préférence répondre à tous ces critères, il faut aussi être prêt à changer de dispositifs en fonction de l’état fonctionnel du patient, qui peut évoluer de manière aussi bien positive que négative. Par exemple, les aptitudes fonctionnelles de Valter se sont détériorées pendant une période et les transferts étaient effectués avec un lève-personnes mais, dès lors que Valter a retrouvé un peu de force, Fredrik a recherché un dispositif plus actif.

Cloué au lit pendant des mois

– De nombreux patients peuvent rester alités pendant des mois et des années. Chaque jour d’alitement sans charge ni activité, la fonction des articulations, ligaments et muscles se détériore, indique Fredrik Bredberg, physiothérapeute à Nässjö. Les études montrent que la station debout influence positivement l’état de santé aussi bien psychologique que physiologique. Physiquement, la pression sanguine, les muscles, les articulations ainsi que les fonctions de l’estomac et des intestins sont affectés.

– Vous imaginez aisément le changement de perspective qui s’opère quand vous passez de la position allongée permanente à la position debout, ajoute Fredrik pour expliquer l’importance psychologique.

– Nous avons d’abord essayé avec un dispositif d’aide à la marche mais Valter avait tendance à se pencher en arrière lorsqu’il essayait de se tenir debout ou de marcher, rajoute Fredrik Bredberg.

Lorsque Valter se penchait en arrière comme ça, il ne parvenait pas à se maintenir seul en équilibre. Donc, quelqu’un d’autre, souvent les aides à domicile, le soutenait pendant ses tentatives de marche. Le dispositif d’aide à la marche a ensuite été remplacé par une plaque tournante qui malheureusement ne fonctionnait pas bien.

– J’avais aussi le sentiment que ça rendait Valter bien trop passif et que la plage d’application était trop étroite. Mais nous n’avions malheureusement pas d’autres solutions à l’époque, conclut le physiothérapeute Fredrik Bredberg.

Ayant essayé le dispositif d’aide à la marche, la plaque tournante et le plateau de marche sans succès, les aides à domicile ont lancé un ultimatum : ils voulaient d’un dispositif qui épargne leurs dos et leurs poignets ; ils ne pouvaient pas favoriser l’activité de Valter au détriment de leur santé. Ils voulaient le lève-personnes.

C’est fantastique d’être debout

Mais Fredrik voulait trouver une autre solution puisque Valter, en présence du bon dispositif d’aide, pouvait être beaucoup plus actif. Il découvrit finalement une possibilité. Il trouva un dispositif qu’il pensait être la réponse pour Valter et d’autres patients dans des situations similaires.

– La première fois qu’il a dû se lever dans le RollOn, nous avions quelques doutes, Valter et moi, avoue Fredrik. Mais au moment même où il s’est mis sur ses jambes et a senti qu’il était en sécurité et stable, l’expression de son visage a changé, il s’est relaxé et a souri quand il a parcouru la pièce du regard en étant debout, se souvient Fredrik.

Le concept de RollOn permet de garder les jambes droites et le châssis du siège maintient le patient en toute sécurité, sans risque de chute. Ce sont ces caractéristiques qui aident Valter à se lever seul, sans problème. Valter ne parle pas beaucoup car il souffre aussi d’aphasie suite à son attaque. Mais quand il s’agit de parler du verticalisateur, il ne tarit pas d’éloges.

– C’est vraiment un sentiment agréable, je peux vraiment ressentir le bienfait pour les muscles. C’est bien aussi pour les aides à domicile. Ils peuvent m’aider à me lever puis je reste debout seul pendant qu’ils font le lit par exemple, explique Valter.

Valter utilise son RollOn depuis plusieurs mois maintenant. Fredrik le loue toujours auprès de Liko puisqu’il est tellement récent qu’il n’est pas encore référencé. Afin d’en évaluer soigneusement le fonctionnement, il veut le tester sur d’autres patients.

Mais les aides à domicile ont réagi.

– Nous avons refusé, nous avons dit : « Vous ne pouvez pas le prendre », dit Ros-Marie Krantz du service d’aide à domicile de Nässjö.

– Ça prouve à quel point ce dispositif est fantastique ! Il se situe entre un lève-personnes et un déambulateur, rend le patient actif et est une aide précieuse pour les assistants, conclut Fredrik Bredberg.

La prise en compte de ceux pour qui nous développons nos produits a depuis le tout début guidé nos pas. Notre concept est la manifestation de notre vision dans notre activité quotidienne: améliorer la qualité de vie des patients et des assistants partout dans le monde.